Malabrac

Le hameau de Malabrac  qui n'est plus que ruines fut un hameau habité, dépendant de la paroisse de Caudiès, avec son église (de 1924 à 1927, l'Abbé Jouret desservait encore l'annexe de Malabrac.)

Relevé sur le site de Pierre Bascou ( boissa.fr), le testament de Guillem Bataille  (de Lausadel, paroisse de Sougraigne) déposé en 1665 devant le notaire d'Alet, rapporte qu'il a marié sa fille à Malabrac avec Guilhem Martineu.

Sur le Cadastre Napoléonien de 1820, figure la métairie de Malabrac.

Le  Journal des Pyrénées Orientales du 6 février 1849 rapporte une vente de bâtiments à Malabrac. (ressourcespatrimoines.laregion.fr).

Les recensements de la population de Caudiès mis en ligne par les archives départementales répertorient les habitants du Hameau de Malabrac:

En 1841 sont recensées 57 personnes réparties en 8 ménages (2 Martineu, Combes, Sivieude, Fillol, Bonhomme, Jourda, Gros).

Sur le recensement de 1906 (actuellement dernier recensement en ligne) sont inscrites 3 maisons, et 3 ménages pour un total de 20 personnes qui portent presque toutes le nom de Martineu (de naissance ou par mariage, sauf les parents des épouses).

Dans la session d'avril 1909 du Conseil Général, il est rapporté que la municipalité demande une subvention pour réparer le chemin qui monte à Malabrac.

En 2018, le chemin de Malabrac a également nécessité d'importants travaux de réparation.

Bulletin municipal novembre 2018
Bulletin municipal novembre 2018
Chemin vers Malabrac sous la neige
Chemin vers Malabrac sous la neige

La désertification du plateau a permis pendant la guerre de 1939-1944, le parachutage sur le terrain répondant au nom de code Malabrac.

Son homologation a été faite  en juillet par Jean Durand alias "Roc" (renseignement donné par Clade Millé) et le 10 août , armes munitions, plastic, vivres, vêtements sont réceptionnées à Caudiès. (In les Pyrénées Orientales dans la guerre de Gérard Bonet). Ces photos prises par un drone anafi en novembre 2019, montrent les prairies qui ont pu servir au parachutage.

Sur le site archives.autonomies.org, est retrouvé l'article "Malabrac vivra" publié en décembre 1977.

Vue depuis la Sarrat del Soul au-dessus du Plateau de Malabrac: NDL au fond de la vallée, le contre-fort  du château de Fenouillet, le Canigou (2018)
Vue depuis la Sarrat del Soul au-dessus du Plateau de Malabrac: NDL au fond de la vallée, le contre-fort du château de Fenouillet, le Canigou (2018)

Joseph Ribas, dans son guide publié en février 1978,  "Sentiers  et Randonnées du Roussillon" trace un itinéraire de Saint-Paul de Fenouillet à Caudiès par Campeau. Il y décrit une halte à Malabrac:

Sommet du Bugarach saupoudré de neige (photo Dominique Boyer novembre 2009)
Sommet du Bugarach saupoudré de neige (photo Dominique Boyer novembre 2009)

 

"...Il faut se décider à partir. Tourner le dos à Bugarach et descendre vers Malabrac.

Encore un nom qui sent le silex. Malabrac : un hameau, un temps abandonné puis retrouvé. Il est au bord du chemin, une halte heureuse. Des chèvres fauves comme leurs sœurs sauvages, viendront à votre rencontre, vous lécher les doigts, vous pousser du front ; puis des vaches, des chevaux et deux oies, compagnes des jeunes gens qui ont repris Malabrac aux ronces.
Des anciens paysans aux nouveaux éleveurs, deux âges, deux visages. Une longue patience s'y était épuisée, découragée. Une espérance nouvelle bourgeonne portée à bout de cœur, à bout de bras par une jeunese ardente à bâtir, ardente à vivre, selon son sang. Du Moyen Age aux temps futurs, il suffit d'un pas, mais un pas hardi, définitif, franchi sans se retourner vers ce que l'on quitte. Des couples de jeunes rêvent avec leurs mains, leurs muscles et leur sueur, la vie qu'ils ont choisie. Quel plus beau

destin que de bâtir ce que l'on rêve.
Allez jusqu'à Malabrac, goûter au fromage de chèvre. Il est 
bon comme un pain nouveau. Mangez-le en regardant ces jeunes dans les yeux. Tout comme leurs antiques ancêtres, ces nouveaux bergers sont certainement prophètes. Un temps est en marche et nous ne le sentons pas. Malabrac n'est plus derrière. Malabrac est devant. Depuis que ces jeunes l'ont repris, ici, c'est toujours le matin.

Avant de repartir, remplissez vos gourdes..."

Survol par un drone anafi de l'ancien hameau de Malabrac en novembre 2019 (Dominique Boyer)

accompagné par le Choeur de La Boulzane.

Le retour vers Caudiès peut s'effectuer par le chemin dit du Facteur.

Joseph Ribas en a fait  la description dans son guide:

Il faut revenir un tout petit peu sur nos pas et prendre à gauche, à l'entrée du (J) hameau, « le chemin du facteur ».

Un petit pré, un bosquet et c'est tout à coup, à nos pieds, la plaine de Caudiès. Un mur à descendre. Le sentier s'accroche à la paroi, vire après vire, collé au roc. Cent fois il tente de s'en écarter, cent fois le vertige le retient au bord de la pente et l'oblige à raser la muraille.

Une descente de 30 mn, mais en toute sécurité, avec sous nos yeux, Caudiès couché sur son parterre de vignes, tout en bas, presque à portée de voix et si longtemps inaccessible.

Nous atteignons enfin le pré, à la base de la falaise. Un chemin de terre nous conduit à travers les vignobles jusqu'à la (8) D 9 à l'entrée nord du village.