fête du 6 Août

Pour le BICENTENAIRE DE LA RÉVOLUTION, la cave coopérative fait une cuvée spéciale destinée à marquer l'évènement et fait éditer des étiquettes dédiées, données par Véronique Renon.

Voici ce qu'écrivait Jean Ribas en 1987  dans la revue trimestrielle "Pyrénées" n°149 (gallica.bnf.fr):

"...Et cette passion qu'ont les gens d'ici à défendre leur terre !  Trente-huit communes regroupées dans une même association vous convaincront qu'en Fenouillèdes, du plus petit au plus grand, tous les villages sont frères. Un héritage de la Révolution, la grande !

Celle qui cimenta, dans le même serment de fraternité, tous ordres confondus : le clergé, la noblesse et le tiers-état local, en une fête de la fédération, la première de toutes celles qui allaient se tenir à travers  la France.

Nous sommes tous les enfants de notre histoire. A Caudiès, la filiation est directe. Ces jeunes gens, ces animateurs, ces responsables rencontrés à la mairie et à la maison de la culture sont les ci-devant citoyens de sang d'un village que leurs ancêtres de 89 perçurent comme une république avant la lettre." 

 

La Fête de la Fédération, peinte par Charles Thévenin (1796) gallica.bnf.fr
La Fête de la Fédération, peinte par Charles Thévenin (1796) gallica.bnf.fr

La fête de la Fédération marque le premier anniversaire de la prise de la Bastille. Elle a lieu au Champ-de-Mars de Paris, le 14 juillet 1790 : 100 000 personnes sont réunies dans un climat d’union nationale, en présence du roi et des députés. La Fayette, commandant de la Garde nationale, prête serment le premier, au nom des gardes nationales fédérées. Puis vient le tour du président de l’Assemblée, au nom des députés et des électeurs. Enfin, Louis XVI s’incline devant la Nation et la loi, jurant d’employer son pouvoir pour maintenir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale et faire exécuter les lois. Malgré le mauvais temps, la foule est enthousiaste. Une messe est célébrée par l’évêque d’Autun, avec trois cents prêtres en surplis de cérémonie. Beaucoup de vivats s’adressent à Louis XVI. À l’étranger, plusieurs villes fêtent aussi l’anniversaire de la prise de la Bastille. Une seconde fête de la Fédération a lieu le 14 juillet 1792, mais dans un esprit de défiance par rapport aux institutions, car la Révolution se poursuit. Ce n’est qu’à partir de 1880 que le 14 Juillet sera retenu comme jour de fête nationale française, en souvenir de la prise de la Bastille.(gallica.bnf.fr)

 

Cette fête renaît à Caudiès en 2009 sous l'impulsion du Maire,  Jean-Pierre Fourlon, en raison de la désaffection de la fête patronale, tombant maintenant hors vacances scolaires. Cette fête se veut la commémoration de la Première Fédération de France qui s'est tenue sur le Pré Communal de Caudiès de Fenouillèdes le 6 Août 1789.

 La première eut lieu  à l'occasion du 220ème anniversaire de l'évènement, en présence de Christian Bourquin, président du Conseil Général et du Bouclier de Brennus gagné par l'USAP, cette année là. (Photos de mairie-caudies-fenouilledes.fr)

 

Depuis tous les ans, se tient le soir du 6 Août, sur la place de la Mairie pavoisée, un banquet républicain suivi d'une pièce de théâtre écrite spécialement pour cette unique représentation par Pierre Armagnac.  Ensuite une retraite aux flambeaux conduit convives et comédiens amateurs caudiésiens , par la Grande Rue,  jusqu'au champ de Jean Tiburce (sur la route du cimetière, après le passage à niveau)  d'où est tiré un feu d'artifice.

                                Un fascicule "Six  années de théâtre du 6 août de 2010 à 2015"  édité par la Mairie,  est consultable à la Bibliothèque Municipale.

Pièces de Théâtre écrites par Pierre Armagnac:

  "Alerte à Saint Louis", ou les évènements du 6 août 1789 à Caudiès. (2010)

  " Le plus beau jour de l'histoire de France", ou la fête de la Fédération de 1790 à Paris (2011) 

"Sus aux envahisseurs" ou le rôle du Caudiésien François Roussel dans la reprise de Mosset aux Espagnols.(2012)

  "4 Août 1789: une nuit de lumière", ou l'abolition des privilèges.(2013)

Les amours de Nicolau et de la fille de François Pons
Les amours de Nicolau et de la fille de François Pons

"Nuages sur le clocher", ou la vente des biens du clergé. (2014)

  "Un habit d'Arlequin",  pamphlet politique, ou la création des départements avec ses problèmes à Caudiès. (2015)

 "Sujets en voie de disparition", ou la déclaration des droits de l'homme. (2016)

 "La Gloire et la Moisson", ou la récupération du Pré du Saint Sacrement par la commune. (2017)

 "Les cristaux de la colère",  ou les troubles engendrés par les impôts, notamment sur le sel et l'abolition de la gabelle.(2018)