Le Château

Dans le bulletin trimestriel (1967 n°38) de la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France, Pierre Barbier a rédigé un chapitre intitulé " Le Triste sort des châteaux de Fenouillet ":

 " Au nord de la forêt de Boucheville, à la limite du Languedoc et du Roussillon, Fenouillet, autrefois Fenollet, fut au Moyen Age le siège d'une de ces vicomtés qui reconnaissaient la lointaine suzeraineté des Comtes de Toulouse et des Rois d'Aragon.  Les vicomtes de Fononollède habitaient un nid d'aigle construit sur une montagne abrupte entourée de gorges sauvages, et qui formait un groupe homogène de trois châteaux dont il reste des ruines importantes.

Le  château central, Saint Pierre, était la résidence du vicomte. ....Au nord, Castel Fizel, tour rectangulaire était une tour de garde surveillant la vallée en direction de Caudies-En-Fenouillèdes où passe aujourd'hui la RN 117; elle était destinée à transmettre les signaux. A 500mètres au sud de Saint Pierre, le troisième château Sabarda, était un autre poste de surveillance..."

Suit un plaidoyer pour la conservation du site:

"Ces ruines historiques, situées dans un paysage grandiose, presque à mi-chemin entre les courtines crénelées de Puylaurens à l'ouest et les deux puissantes forteresses de Quéribus et Peyrepertus au nord-est, sont livrées au plus lamentable abandon: s'effritant chaque jour davantage,elles sont condamnées à une disparition prochaine et totale. Pourtant elles font partie de cet incomparable ensemble féodal que constitue la centaine de châteaux-forts égrenés dans le Razès et les Corbières, entre Foix, Carcassonne et Perpignan et dont les parties les plus anciennes furent jadis les témoins du drame cathare..." (gallica.bnf.fr)

(Le château Saint-Pierre a bénéficié d'un programme de fouilles).

 

En 1973,  Jean-Marie Alary, avec des jeunes du village avait commencé à défricher les abords de Castel Fizel qui était devenu inaccessible. Il en avait dressé un plan sommaire et confirmé son rôle  intermédiaire dans la transmission des signaux entre Quéribus et le Château Saint- Pierre à Fenouillet. Annie de Pous le relate dans son ouvrage Le Pays et La Vicomté Féodale de Fenollède paru en 1973, et  qui peut être emprunté à la bibliothèque.

 Jean-Marie Alary, confie l'inventaire détaillé  fait en 2008, par Claude Parayre qui a très aimablement permis de reproduire ici, les fruits de son travail très important: 

" De loin, la silhouette est impressionnante mais le château est largement ruiné. Il se compose de deux enceintes polygonales sur une longueur  de 44m x 28m de large et dominées par un petit donjon quadrangulaire de 5,60m x 8,..? renforcé par un éperon côté Nord-Est."

Mai 2018