GENDARMERIE

Albert Bayrou, dans un ouvrage de 1996 (Caudiès-de-Fenouillèdes, à la recherche du passé) a relevé les extraits de délibérations consulaires. Il note:

1779, 5 septembre - la maison et les bâtiments appartenant au sieur Bénézet, brigadier de la maréchaussée, proposés pour le casernement de la maréchaussée, ne paraissent pas propres pour cet usage. La maison ne se trouve pas sur les chemins; il serait préférable de faire construire des casernes dans des locaux appropriés, qui ne manquent pas.

1780, 15 mai - La caserne de la maréchaussée doit être composée de 5 chambres, dont 4 à cheminée, d'un grenier pour enfermer l'avoine, d'une écurie avec un grenier à foin, une cour pour le fumier et un puits avec une auge.

La maison de Bénézet sera arrangée et aménagée moyennant 30 livres.

1792, il y a un lieutenant de gendarmerie en résidence à Caudiès.

1808, Rousselet est maréchal des logis de la gendarmerie.

1833, le brigadier de gendarmerie est Le Blanc, gendarmes Mérou et Cauneille.

1899, novembre - Le conseil proteste contre la suppression de la brigade de gendarmerie.

Plan de la caserne de la maréchaussée de Caudiès 1768-1779

Archives départementales de l'Hérault
Archives départementales de l'Hérault

Dans le Manuel de la Gendarmerie Royale (1821), il est inscrit que la 14e légion a une brigade en résidence à Caudiès (gallica.bnf.fr).

Dans le bulletin des lois de 1843, figure sur le tableau des retraites, Julien de Ferrouil (né à Caudiès en 1787 et y résidant)

Dans les archives de la Gendarmerie des Pyrénées-Orientales, est répertoriée une Brigade territoriale de Caudiès (1936-1947) dans la Compagnie de gendarmerie départementale.