LE FORT

 Louis Fédié décrit le Fort dans son ouvrage de 1860, Comté du Razés et Diocèse d'Alet: ..."Le Castrum du douzième siècle était une vraie forteresse dominant au couchant le cours de la Boulzanne du haut d'une falaise taillée à pic, et entourée sur les autres côtés, de murailles et de bastions. Un fossé profond était creusé au pied des fortifications, et formait un demi-cercle dont la Boulzanne était la base." ...

Les  "remparts" (2019).

Jean-Paul Tricoire apporte les précisions suivantes:

En fait, le quartier que l'on appelle "le Fort" ne constitue pas les anciens remparts de Caudiès de Fenouillèdes. Il s'agit d'une ancienne "Cellera", espace clos, fermé, noyau fortifié, au sein des villages où l'on entreposait les récoltes. La "mode" des "celleres", date du XII° siècle (On employait le terme "Sagrera" en Catalogne). Les remparts de Caudiès avaient un périmètre bien plus étendu que le "fort" actuel. Ils ont été détruits après le traité des Pyrénées qui a contenu l'Espagne au sud des Pyrénées.

 

Le Fort vu du lit de la Boulzanne.

 Village originel, on y accède par 3 portes.

 

Pierre Castillou, écrivain voyageur et illustrateur, a fait le voyage comme le personnage de son livre Chemin et Histoire cathares  (Editions Pyrémonde 2006), et a profité de son passage à Caudiès pour y faire des aquarelles qui l'agrémentent et qu'il a aimablement transmises pour le site.

Le Fort par Pierre Castillou  (In Chemin et Histoire cathares. Editions Pyrémonde)
Le Fort par Pierre Castillou (In Chemin et Histoire cathares. Editions Pyrémonde)

 "Poterne" ou Porte Nord du Fort peinte par Robert Rieux.

En 1972, François Fabre a établi une fiche pour l'Inventaire des Monuments Historiques:

Datant probablement du XIIe siècle, la poterne est une porte d'une hauteur de 2,50 m sur une largeur de 1,(à m.