BALMIGÈRE Paul Justin Marcel

Armoiries
Armoiries de Caudiès par Paul Balmigère (Salle des Mariages de la Mairie)

Artiste Peintre né à Caudiès le 31 Août 1882, au domicile de son grand-père, des mariés Balmigère Pierre, gendarme et Martineu Catherine, domiciliés à Sète (Etat civil Caudiès 1882 (vue 19) mais mariés à Caudies en 1876 (3 octobre 1876)

Balmigère acte de naissance
archives.cd66.fr

Catherine Martineu est elle-même née à Caudiès le 23 juillet 1854,  de Pierre Martineu  (fils de Jean Martin/ Marcellin Martineu domicilié à Malabrac)  et Louise Mérou (fille de Raymond Mérou et Marguerite Martineu) nés et mariés à Caudiès en 1854.

Le site geneanet permet de remonter l'ascendance  Martineu à Caudiès jusque vers 1673.

Il perd sa mère très jeune (5 ans) puisque Catherine Martineu décède à Caudiès où elle réside,  le 24 février 1887 (archives.cd66.fr).

Les grands-parents paternels sont Crépin Balmigère, cultivateur, et Paule (ou Pauline Sales), eux aussi domiciliés à Caudiès. Le père Pierre Balmigère, gendarme nait à Caudiès le 19 mai 1840  et y décède alors qu'il est à la retraite, le 12 novembre 1892 (archives.cd66.fr). Après le décès de son épouse Catherine Martineu, Pierre Balmigère se remarie en septembre  1889  à Prats-de-Mollo, où il est en résidence comme Gendarme à pied, avec Louise Marie Marguerite, 28 ans,repasseuse.

ressoucespatrimoines.laregion.fr
ressoucespatrimoines.laregion.fr

Pour compléter sa généalogie, Paul Justin Balmigère est  cousin issu de germain (Ils ont le même arrière-grand-père,  à savoir Marcellin Martineu) avec Léopold Dimon, peintre, antiquaire et galériste.

Balmigère Matricule.
Registre Matricule (archives.cd66.fr)

En 1913, ses dessins illustrent un article sur le Chateau et les Vicomtes de Fenouillet, écrit par Joseph Armagnac dans  La Veu del Canigó, revue dont le directeur est Horace Chauvet.

La revue "Montanyes Regalades"  publie des dessins de Paul Balmigère faits pendant la première guerre mondiale (ressourcespatrimoines.laregion.fr).

Le Journal L'Éclair du 8 janvier 1916 (ressourcespatrimoines.laregion.fr) relate une exposition des oeuvres de Paul Balmigère pendant la guerre.

Sur sa fiche de Registre de Matricule, sont notées différents lieux de résidence, notamment Philiponni en Bulgarie et Venise en Italie.

Il fait ses études à Paris et apprend auprès d'artistes renommés tels que Flameng et Déchenaud. Ses toiles sont exposées à plusieurs reprises dans les salons parisiens durant l'entre-deux Guerres, comme au Salon des Artistes Indépendants de Paris (entre 1927 et 1938) et au Salon des Artistes Français (de 1927 à 1939). Il y obtient différents prix : une médaille d'argent en 1935 et le prix de la Société des Paysagistes français en 1938.

Il est nommé officier académique (J.O. 26  février 1939).

Certains journaux se font l'écho des salons (ressourcespatrimoines.fr)

Balmigère Eygalières (Bouches-du-Rhone)
Balmigère Eygalières (Bouches-du-Rhone)

Le journal Le Petit Méridional du 19 juin 1935 fait état d'un prix remporté par Balmigère (gallica.bnf.fr).

Salon 1936
Salon 1936
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Balmigère Paris
La vie Montpellieréraine 29 décembre 1920
Balmigère salon 1929
La Vie Montpelliéraine 1er juin 1929

En 1935, le Bulletin municipal officiel de la ville de Paris (1er avril 1935) rapporte l'achat d'une oeuvre de Paul Bamigère par la municipalité.

Dans le Petit Méridional du 16 mars 1937 (ressourcespatrimoine.laregion.fr):

Les Martigues 1936
Les Martigues 1936
Le Petit Méridional 25 mai 1936 (ressourcespatrimoines.la region.fr)
Le Petit Méridional 25 mai 1936 (ressourcespatrimoines.la region.fr)
Ruines du chateau d'Orgon surplombant la Durance
Ruines du chateau d'Orgon surplombant la Durance
L'Eclair du 27 décembre 1942
L'Eclair du 27 décembre 1942
Balmigère Ornon
Village d'Orgon

L'Éclair du 12 février 1943 relate que Paul Balmigère est le secrétaire général du Salon d'hiver dans lequel il expose une peinture représentant Notre-Dame de La Val.

La Paix aux champs (Salon 1944)
La Paix aux champs (Salon 1944)

Paul Justin Balmigère figure dans la liste des Artistes Français récompensés au Salon des Artistes Français vivants en 1945.

Catalogue Salon 1945 (doc.rero.ch)
Catalogue Salon 1945 (doc.rero.ch)

Y ont été exposées:

Balmigère Paysage de la Creuse
Paysage de la Creuse
Venise Grand Canal 1947
Venise Grand Canal 1947

Il expose encore en 1951, au salon des Indépendants qui se tient au Grand Palais à Paris, deux de ses oeuvres:.une Marine aux environs de Toulon et un Paysage Provençal (gallica.bnf.fr).

Il meurt à Paris (18ème) le 6 septembre 1953, à son domicile 11, rue du square Carpeaux, près de Montmartre, qu'il a peint.

Déjà  sa fiche de matricule portait l'adresse du 22 rue Tourlague. À ce numéro, existait au début du XXe siècle  une cité d'Artistes "les Fusains" (classée aux monuments historiques en 1966). Sur les recensements nominatifs de la Ville de Paris de 1926, 1931 et 1936, Paul Balmigère est inscrit à cette adresse, comme artiste peintre, non marié.

En 1941, il habite rue du square Carpeaux comme l'est indiqué sur le catalogue du Salon d'Hiver.

L'tat civil du 18ème arrondissement a fait parvenir un extrait simple de l'acte de mariage de Paul Balmigère et d'Albertine Hallard (née en1907 à St Étienne du Rouvray - geneanet.org - )  en date du 3 septembre 1953. Un contrat de mariage a été enregistré à l'étude de Maitre Denys Laurent.

État civil Paris 18ème
État civil Paris 18ème

Il est inhumé  au cimetière parisien de St Ouen, le 9 septembre 1953. Le registre de ce cimetière apprend que le corps a été transféré à Saint Germain en Laye le 5 janvier 1971.

Mr Dubois de l'état civil de Saint Germain en Laye, confirme qu'il existe bien un caveau pour Paul Balmigère dans le "nouveau" cimetière de St Germain (Carré B.A., Rang 0, Tombe 19)  acheté en 1971 par sa seconde épouse Albertine Balmigère née Hallard, enterrée dans le caveau à côté (décédée en 1987 geneanet.org).

Balmigère rue de l'abreuvoir
Rue de l'Abreuvoir