L'ÉLEVAGE

L'image suivante est celle d' un " bail à cheptel " passé  entre Antoine Lacroix, cultivateur et Auguste Benet Serrer, propriétaire (tous deux de Caudiès) le 11 décembre 1809 devant Antoine Pepratx, notaire impérial.

Dans le livre "Voyage pittoresque dans les Pyrénées françaises et dans les départements adjacents" paru en 1830,  l'auteurJoseph Antoine Cervin fait le récit suivant:

"Pendant qu'à notre insu M. Armagnac* mettait à contribution tous les habitants de Caudiès pour nous faire cette galanterie, et que nous étions devant la porte de sa maison à respirer l'air frais du soir, nous vîmes arriver un grand nombre de chèvres qu'un seul gardien conduisait. Le long de la rue qui aboutit à la place où l'auberge est située et à l'entrée des rues latérales, ces chèvres se séparaient successivement du troupeau et se dirigeaient seules vers les habitations de leurs maîtres. Au son perçant d'un cornet à bouquin nous les revîmes encore le lendemain à l'aube du jour, et au moment de notre départ, se rassembler toutes sur la même place et partir en troupeau pour les pâturages des montagnes. C'est avec le lait de ces chèvres que l'on fait dans les Bastides et les métairies de la vallée de la Boulsane des fromages frais, dont le goût exquis nous rappela les meilleures recuites d'Italie."

 

Cette pratique existait toujours pendant la première moitié du 20ème siècle, racontée par Marie-Paule Boyer dont la belle-mère Marthe possédait des chèvres (rue de la gare) et plus récemment par Dany Bouvier née Jorda dont l'arrière grand-père né en 1874,  Joseph (Baptiste,Cyrille) Vidal  a été bouvier communal à son retour de la guerre de 1914-1918. Il y avait encore un berger communal dans les années 1950.

L'élevage caprin, explique l'absence de végétation sur le flanc des montagnes adjacentes, telle qu'on peut l'observer sur les anciennes cartes postales et photographies.

 

* Joseph Antoine Cervin accompagné de l'illustrateur Antoine-ignace Melling ont été mandaté par l'état français pour faire découvrir les Pyrénées, méconnues par rapport aux Alpes, en publiant le compte-rendu de leur voyage à travers les Pyrénées d'Est en Ouest. A Caudiès, ils sont descendus à l'Auberge Saint Jean-Baptiste.

Ancienne Auberge Saint-Jean Baptiste Sur la place, face à la Mairie (Photo André Tricoire)
Ancienne Auberge Saint-Jean Baptiste Sur la place, face à la Mairie (Photo André Tricoire)

 

En 1868, la commune de Caudiès dépose auprès du conseil général, une demande pour l'établissement d'un Marché à bestiaux mensuel, qui donne un avis favorable (malgré l'opposition de la commune de St Paul). Cette demande est motivée par le fait qu'entre les foires tenues dans la commune, les habitants pour s'approvisionner dans l'Aude ou l'Ariège, sont obligés de s'absenter environ 1 semaine.

Rapports et délibérations Pyrénées Orientales, Conseil Général (gallica.bnf.fr)
Rapports et délibérations Pyrénées Orientales, Conseil Général (gallica.bnf.fr)