Forêt du Moyen Agly

carte IGN (geoportail.gouv.fr)
carte IGN (geoportail.gouv.fr)

En 1911, la direction Eaux et Forêts du ministère de l'Agriculture dresse un état de conservation et de restauration nécessaire des terrains de montagne (gallica.bnf.fr). L'étude du périmètre du bassin de l'Agly inférieur montre que les terrains boisés ou cultivés sont en bon état de conservation mais que les vacants sont couverts d'arbrisseaux épineux:

Il parait certain que ces vacants étaient autrefois couverts en partie de bois dont la disparition doit être imputée à l'intervention humaine: on ne rencontre des cépées éparses de chêne yeuse que loin des habitations.

Les exploitations excessives suivies de pâturage des moutons et des chèvres ont transformés ces bois en vacants, dont la dégradation s'accentue d'année en année par l'emploi du feu pour la destruction périodique des cistes, des genêts et des lavandes.

Parmi les quelques 4000 hectares que comporte le Périmètre du bassin de l'Agly, répartis en 20 séries, la série Caudiès en contient 503 environ.

Le but des travaux  de reboisement proposés à l'époque est d'atténuer les crues dévastatrices de l'Agly, par la restauration des terrains compris dans le périmètre. Seront utilisés selon les terrains: Pin sylvestre, Pin Laricio des Cévennes, châtaignier , chêne rouvre et chêne yeuse voire noyers et frênes.

Dans Le Petit Marseillais du 25 novembre 1911, est publiée l'information suivante:

Forêt Moyen Agly
retronews.fr

Le 19 juillet 1916, Raymond Poincaré signe le projet de loi d'utilité publique concernant le reboisement, qi devra être présenté à l'Assemblée par le ministre de l'agriculture J. Méline. Sur  la commune de Caudiès 130 hectares 152 ares sont concernés. (gallica.bnf.fr)

Extrait de la revue Le Chêne (octobre 1933)

galical.bnf.fr
galical.bnf.fr

cliquer sur les photos pour les agrandir.

Le site du VTT en FENOUILLÈDES vous propose une Balade dans la FORÊT DOMANIALE du Moyen Agly avec carte détaillée, profil, et vidéos. En cliquant sur le bouton vous vous rendez sur le site VTT en Fenouillèdes et vous quittez le Musée Virtuel; pour y revenir, fermez l'onglet.

Photo de Dominique Boyer, extraite du site VTT en Fenouillèdes
Photo de Dominique Boyer, extraite du site VTT en Fenouillèdes
Décembre 2020 photo Dominique Boyer
Décembre 2020 photo Dominique Boyer
Sur lindependant.fr du
Au chevet de la forêt domaniale du moyen Algy à Caudiès-de-Fenouillèdes

Témoins de la fin d’une opération sylvicole démarrée à l’automne 2020 sur la forêt domaniale du moyen Agly, les élus membres du Pays de la vallée de l’Agly ont découvert toutes les facettes de l’exploitation forestière publique ainsi que les intérêts écologiques qui en découlent. Organisée par l’unité territoriale Fenouillèdes de l’Office national des forêts (ONF), les agents de protection de la forêt méditerranéenne et le Pays de la vallée de l’Agly, cette visite a eu pour objectif de mieux comprendre les enjeux et problématiques que rencontre ce massif situé à Caudiès-de-Fenouillèdes.

L’histoire remonte aux années 1976 et 1977 où la forêt du moyen Agly a vécu un tragique incendie, la réduisant en cendres et entraînant avec elle toute une biodiversité environnante. Pour retrouver un rapide équilibre de cet écosystème disparu, un important reboisement de pins s’est opéré à l’époque.

40 ans plus tard, cette forêt peine à se régénérer naturellement. De par sa forte densité et sa composition uniforme, la forêt est confrontée à plusieurs problèmes : risque d’incendie, espace trop pauvre pour abriter une biodiversité, exploitation forestière peu qualitative. Sans l’intervention de l’homme, cet espace boisé ne peut se régénérer durablement.

Face à ce contexte, l’ONF a pour mission d’accompagner le reboisement naturel des espèces ligneuses là où la nature présente des carences, et d’assurer la sécurité du milieu forestier sur le long terme. Ainsi, des travaux d’éclaircie ont été réalisés entre septembre et octobre 2020 sur une surface de 13 hectares de forêt (surface totale du massif 780 hectares). Ce début du mois de mars 2021 a été consacré à la transformation sur place d’une partie des grumes de bois en plaquette forestière. L’opération ainsi réalisée a permis de valoriser le bois en poteaux électriques, sciages, bois d’industrie en vue de fabriquer de la pâte à papier ainsi qu’en plaquette forestière bois énergie. Au total, plus de 2000 m3 de bois ont ainsi été valorisés.

 

lindependant.fr
lindependant.fr